Toute l'actualité

etab
prim
sec

ESPACE PARENT

Eduka2

RESSOURCES D'ETE

Mallette peda

CÉRÉMONIE DU 11 NOVEMBRE 2020

À l’occasion du 102ème anniversaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, deux « Cérémonies du Souvenir » se sont déroulées à Tokyo et Yokohama.

Mercredi 11 novembre 2020, l’ambassadeur, Monsieur Philippe SETTON, a accueilli dans la cour de la Résidence de France, à Tokyo, des représentants du lycée français international de Tokyo dans le cadre des commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918. Ensemble, ils se sont ensuite rendus à Yokohama où une cérémonie était organisée au cimetière des étrangers.

Cinq de nos élèves du secondaire étaient présents (Misaki TORNATO, Mathis RATTE, Elisa LANFRANCHI, Masaki LARRIEU-LAHARGUE et Annabelle LE HENAFF), ils étaient accompagnés de leurs professeurs d'Histoire-Géographie Gilles MASTALSKI et Matthieu SEGUELA et du proviseur du LFI Tokyo, Laurent WAJNBERG.

Nos élèves ont lu deux textes de Charles PEGUY et de Pierre BROSSOLETTE lors de cette cérémonie. Vous pouvez retrouver ces textes ci-dessous :

 

  • Charles PEGUY,  mort pour la France le 5 septembre 1914 à Villeroy (Seine-et-Marne) :

    De la Guerre... Morceaux choisis, 5 avril 1902
    « Je prétends [...] que la paix n'est valable et que la paix n'est ferme que si la guerre précédente, après qu'elle fut devenue inévitable, a été conduite loyale. Or, je connais au moins deux loyautés, et la seconde n'est pas moins indispensable que la première. La première loyauté consiste à traiter nos adversaires et nos ennemis comme des hommes, à respecter leur personne morale, à respecter dans notre conduite envers eux les obligations de la morale, à garder au plus fort du combat et dans toute l'animosité de la lutte, la propreté, la probité, la justice, la justesse, la loyauté, à rester honnête, à ne pas mentir. Je la nommerais la loyauté personnelle. Je reconnais une seconde loyauté [...] qui est mentale autant que morale [et qui] consiste à traiter la guerre elle-même, après qu'elle est devenue, comme étant la guerre et non pas comme étant la paix. Tout bêtement, elle consiste à faire la guerre sérieusement, dans son genre, comme on doit sérieusement son travail, dans son genre. Elle consiste à se battre corps pour corps.» 

  • Pierre BROSSOLETTE, discours du 18 juin 1943 à l'Albert Hall, Londres

    Hommage aux morts de la France combattante
    « [...] Et voici maintenant que dans le ciel limpide de leur gloire, ils se parlent comme les sommets se parlent par-dessus les nuées, qu’ils s’appellent comme s’appellent les étoiles. Entrés déjà dans la légende ou réservés pour l’histoire, les morts prestigieux de Mourzouk et de Bir Hakeim répondent aux morts stoïques de la Marine marchande; tombés sous le drapeau déployé d’El Alamein et d’El Hamma, les soldats de Leclerc et de Koenig répondent aux marins qui ont coulé, sous le pavillon haut de l’Alysse, du Rennes et du Mimosa ; foudroyés dans ce dixième de seconde où les yeux peuvent fixer les yeux de l’adversaire, les pilotes de nos groupes et de nos escadrilles répondent aux sous-mariniers du Surcouf et du Narval, à qui une lente agonie a fait attendre encore la mort après qu’ils l’eurent trouvée. Et là-bas, dans la nuit du martyre et de la captivité, la voix pathétique qui leur répond, c’est la voix des morts du combat souterrain de la France, élite sans cesse décimée et sans cesse renaissante de nos réseaux et de nos groupements, otages massacrés de Paris et de Châteaubriant, fusillés dont les lèvres closes sous la torture ne se sont descellées qu’au moment du supplice pour crier : Vive la France ! [...] ».            

tvbn

La web TV du LFI Tokyo

ZoneAP

Site web de la zone
Asie-Pacifique de l'AEFE 

asia

Le journal des lycées
français en Asie-Pacifique