Secondaire

LES ENSEIGNEMENTS

France - Japon

Télécharger ici au format pdf, le comparatif entre la scolarité en France et au Japon.

LE COLLEGE

L'établissement assure la mise en œuvre des programmes officiels de la 6ème à la 3ème. Pour tous les élèves rentrant en sixième, le LFI Tokyo met le document suivant : "Je rentre en sixième" à disposition pour aider les futurs collégiens et leur(s) famille(s) à mieux appréhender leur nouvel environnement scolaire.
En plus des enseignements communs propres à chacun de ces niveaux, l'établissement propose des enseignements optionnels.

L'enseignement de la langue japonaise (LV et Langue étrangère) s'appuie sur une équipe de professeurs japonais (francophones).

Nous vous proposons de télécharger des documents explicatifs de la réforme du collège pour le niveau 6ème/5ème et le niveau 4ème/3ème.

Aides et soutiens

Dans le cadre du Projet d'Etablissement, le collège dispose de dispositifs d'aide et de soutien :

L'Aide Individualisée (élèves désignés par le professeur en groupes de 2 à 6 élèves) en français et mathématiques afin de remédier aux difficultés ponctuelles ou plus générales d'élèves dans ces disciplines fondamentales (1 heure hebdomadaire en français et 1 heure en mathématiques).
Ce dispositif ne saurait à lui seul résorber les difficultés rencontrées par certains enfants. C'est pourquoi des conseils, des recommandations ou des attentes sont formulées auprès des familles intéressées. Ainsi, un véritable partenariat peut s'engager dans un suivi personnalisé.

LE LYCEE

Le Lycée (2nd cycle du Secondaire) assure la mise en œuvre des programmes officiels de 2nde générale et des séries générales de 1ère et Terminale (Littéraire / Economique et Sociale / Scientifique).

En plus des enseignements communs propres à chacun de ces niveaux, l'établissement propose quelques enseignements optionnels.

L'enseignement de la langue japonaise (LV1 – LV2 – LV3 et OIB) s'appuie sur une équipe de professeurs japonais (francophones).

Documents divers à télécharger

Télécharger ici le parcours de langue "anglais".

Télécharger ici le tutoriel pour le logiciel pronote : "essentiel pour les parents".

Informations relatives à la carte des transports.

Informations relatives aux sorties des élèves au secondaire.

Rappel des principales règles du règlement intérieur pour le secondaire.

Note d’information à l’intention des équipes pédagogiques et des parents d’élèves.

Conseils de classe

Règles concernant l'attribution des mentions.

Rôles des délégués parents.

Calendrier 2017 - 2018 des devoirs sur table au lycée.

Note sur l'organisation de la fin d'année.

Anglais tronc commun

Groupes d’anglais au LFI Tokyo

Les élèves sont répartis dans trois groupes : Standard, Intermédiaire ou Avancé.

  • Standard : ce groupe correspond au niveau que les élèves sont censés atteindre (selon les textes officiels en France). Le but pour l’élève est l’apprentissage de l’anglais en tant que langue, ainsi (en plus des éléments culturels), un travail rigoureux sur la grammaire et le vocabulaire sont essentiels. Un recours au Français en cours est nécessaire.
  • Intermédiaire : À mi-chemin entre les standards et les avancés, les élèves ont une maîtrise suffisante de l’anglais pour que le recours au Français ne soit plus nécessaire. Bien qu’un travail sur le vocabulaire et la grammaire soit nécessaire, les bases sont acquises et la part des éléments culturels est beaucoup plus importante.
  • Avancé : les élèves sont bilingues ou quasi-bilingues. L’anglais n’est plus un but en soi mais un outil de travail.

Le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) définit pour tous les pays de l’Union Européenne des niveaux de compétences à acquérir. Ces niveaux s’échelonnent de la manière suivante :

  • A1 : niveau attendu fin primaire.
  • A2 : niveau attendu en 5ème + niveau exigé du socle commun.
  • B1 : niveau attendu fin 3ème LV1.
  • B2 : niveau attendu en fin de Terminale LV1 + LELE.
  • C1 : niveau attendu en LVA.
  • (C2 : niveau non attendu au LFI Tokyo).

Remarques :

  1. Le passage d’un groupe à un autre se fait selon trois critères : les résultats au « placement tests » de fin d’année ainsi que le comportement/ travail fourni par les élèves pendant l’année.
  2. Les nouveaux élèves seront placés de manière provisoire dans le groupe « standard » à la rentrée des classes, avant d'être affectés dans leur groupe de niveau.
  3. Un élève d’un groupe standard en 5ème (A2) n’aura donc pas le même niveau qu’un élève du groupe standard 3ème (B1).
Anglais Bilingue (primaire), Anglais Projet (collège) et Section Internationale Américaine (lycée) :

L’anglais projet au collège est une « option » qui prépare les élèves à la Section Internationale au lycée. L’anglais n’étant plus qu’un outil de travail (et non plus le but), seuls les élèves des groupes avancés peuvent faire une demande. Un bon niveau d’anglais est une condition nécessaire mais non suffisante pour obtenir de bons résultats : la maîtrise de l’anglais étant tenue pour acquise, sa part dans le barème est moins pesante. Trois heures d’anglais au collège étant ajoutées dans l’emploi du temps de l’élève, une bonne capacité de travail est indispensable.

L’anglais projet est ouvert de droit aux élèves de primaire provenant de « l’anglais bilingue ». Les élèves des autres parcours qui souhaitent s'inscrire en anglais projet seront d'abord envoyés dans le groupe avancé (si leur niveau le permet) et après une période d’essai, seront éventuellement envoyés dans le groupe projet. Cependant, seul un niveau B2 (validé par le Cambridge test FCE) donnera droit à un passage en seconde Section Internationale (des passerelles existeront entre les groupes avancés et l’anglais projet de la 6ème à la 3ème ).

Choix : Section Euro ou Section Internationale Américaine?

La section Euro commence au collège en 4ème et continue au lycée jusqu’en Terminale. Deux heures d’histoire/ géographie en anglais sont ajoutées. Le programme suivi est une adaptation du programme national, mais l'accent est mis sur les pays anglophones, notamment le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Un échange existant à la Singapore American School permet aux élèves, en 1ère Euro, de découvrir le système éducatif américain tout en approfondissant leurs connaissances historiques et géographiques sur l'Asie du Sud-Est.

L’option "anglais projet" commence en 6ème au collège : trois heures supplémentaires d’anglais projet sont ajoutées à l’emploi du temps : histoire/géographie en 6ème, Bande dessinée en 5ème et Théâtre/ débat en 4ème. Cette option se transformera en section internationale au lycée avec de la littérature étrangère (4 heures) et de l’histoire géographie (2 heures). Une inscription en seconde SI devra être validée par l’obtention du Cambridge test FCE niveau B2.

  1. En section Euro, l’élève n’a rien à perdre étant donné que seuls les points au dessus de 10 sont (potentiellement) comptabilisés. Ils sont affectés du coefficient 2 si le candidat choisit la DNL comme première option. La mention "section européenne" figure par ailleurs sur le diplôme du baccalauréat à la double condition d'obtenir au moins 10/20 en DNL (Hist/Géo en anglais) et au moins 12/20 en LV1 anglais. L'examen est oral (20 min de passaege, 20 min de préparation).
    En OIB, la note (qu'elle soit inférieure ou supérieure à 10 en littérature étrangère ou histoire/ géographie) sera obligatoirement comptabilisée dans la moyenne. Cependant, Le contenu de ces épreuves et le programme correspondant étant arrêtés conjointement par les autorités pédagogiques françaises et étrangères, la reconnaissance de l’O.I.B à l’étranger est beaucoup plus importante."
  2. Pour l'année scolaire 2015-2016, la section Euro est proposée sous la même forme que les années précédentes, mais des changements interviendront à partir de la rentrée de septembre 2016, dans le cadre de la réforme du collège qui en prévoit la disparition. Il a toutefois déjà été décidé, en conseil pédagogique, de maintenir une offre équivalente en 4ème et 3ème.

ANGLAIS « PROJET ARTISTIQUE » – 6ème, 5ème et 4ème

Créé à la rentrée 2013, le programme d’anglais « Projet artistique » permet aux élèves retenus pour cet enseignement (priorité donnée aux élèves issus de la section bilingue du primaire) de renforcer leur pratique de la langue anglaise à travers des projets artistiques.

  • 3h hebdomadaires en plus des heures de LV1 – Très bon niveau langue exigé.
  • En 2016 l’enseignement se poursuivra en classe de 3ème. Les élèves pourront continuer au lycée dans la section international américaine qui ouvrira à la rentrée 2017.
Présentation pour la classe de 4e 
Projet Bande dessinée

Les cours d’"anglais projet" en 5ème donneront la possibilité aux élèves de suivre une initiation technique au dessin (anatomie humaine et animale, perspective à un point de fuite, interactions couleurs chaudes et couleurs froides) tout en brassant une série de vocabulaire technique (en anglais). Ils offriront également la possibilité aux élèves de s’initier aux techniques narratives spécifiques à la bande dessinée (et au cinéma): composition de l’image, écriture d’un scénario et réalisation d’une bande dessinée.
Les cours seront basés sur le livre, dont les textes sont en anglais - « Framed Ink : drawing and composition for visual storytellers» de Marcos Mateu-Meustre. L’objectif artistique ne sera cette fois pas seulement l’esthétique du dessin mais aussi de comprendre les techniques de narration. 
Les élèves pourront donc d’une part travailler leurs compétences linguistiques en anglais (oral, lecture et écriture) mais d’autre part, auront aussi l’opportunité de développer, de manière pratique et ludique, leurs compétences artistiques et narratives.

Projet “Drama”

The projet artistique is built on the idea of “task-based” language learning, in which students learn a foreign language incidentally while using the language to realize a concrete task or final project. The idea is to create real-world circumstances in which a high level of language proficiency is necessary for the project to succeed.

This year, students in the quatrième anglais projet group will spend 3 hours each week continuing their study of language-based creative arts in English. The literature/drama portion of this curriculum will likely include the following:

Littérature
  • Fiction (poetry, short stories, novels)
  • Nonfiction (essays, historical nonfiction, biography)
  • Presentation skills
Drama
  • Performance
  • Voice studies
  • Technical theater
  • Improvisation
  • Movement

For some examples of concrete tasks or final projects for this yearlong projet artistique, consider the following 7-week series (subject to change) from the DRAMA portion of the program, based on Shakespeare’s “Comedy of Errors”:

  • Performance (3-4 class sessions) Study “Comedy of Errors” in the round as Reader’s Theatre and perform selected scenes onstage
  • Voice studies (1 class session) Create character voices for a radio version of “Comedy of Errors”
  • Technical theatre (1 class session) Learn about quick-change costume rigging (guest speaker: professional costume designer)
  • Improvisation/Movement (2-3 class sessions) Associate “Comedy of Errors” characters with animals to explore objectives and obstacles

The long-term goal of the projet artistique is to produce independent-minded students who are comfortable in any creative foreign-language environment, particularly with regard to high-level study of literature and drama in English. 

La Section Européenne

Création de la section


Depuis la rentrée de septembre 2007, une Section Européenne de langue anglaise fonctionne dans notre établissement. Elle répond à notre volonté et à celle de l’AEFE de développer les SELO[1] dans la zone Asie-Pacifique ainsi qu’au désir des familles de voir diversifiée l’offre linguistique au sein de l’établissement.

Rappel historique et fonctionnement actuel


Le dispositif prévu est défini par la circulaire n° 92-234 du 19 août 1992[2].

En collège, il existe un enseignement renforcé de langue vivante à raison de deux heures hebdomadaires supplémentaires. Dans notre établissement, il a été décidé d'insister sur l'histoire-géographie, afin de mieux préparer les élèves à l’option DNL[3]/histoire-géographie au niveau lycée. Aujourd'hui, la section existe de la 4ème à la terminale.

Depuis la rentrée 2011


A l’occasion de l’ouverture de notre section européenne en classe de terminale, ainsi que de sa pérennisation avec notre première promotion de bacheliers labellisés « européens »[4], la structure a évolué de la manière suivante :

  • deux heures par semaine d’anglais renforcé dispensées par un/des professeur(s) d’anglais aux élèves qui auront choisi l’option au niveau collège (4ème et 3ème);
  • deux heures hebdomadaires de DNL/histoire-géographie dispensées de la 2nde à la terminale et assurées par un professeur d’histoire-géographie angliciste.
Objectifs


La section européenne du LFI Tokyo, qui arrive désormais à maturité (3 promotions ont déjà obtenu leur baccalauréat avec la mention Section Européenne), a bien sûr pour but de contribuer à renforcer les capacités linguistiques des élèves qui la choisissent comme option, mais aussi de les familiariser avec la culture du/des pays concerné(s). Ayant fait le choix de l’histoire-géographie/anglais comme DNL, les programmes adaptés mettent l’accent sur le Royaume-Uni, sans négliger pour autant les autres pays anglophones, en particulier les États-Unis. La section a par ailleurs vocation à organiser des activités culturelles et dynamiser les échanges internationaux de l’établissement (échanges de classes, projets communs, contacts avec les enseignants des pays partenaires)[5].

Projet d’établissement et adaptation au contexte local


La situation géographique où nous sommes, de même que la prise en compte nécessaire de notre projet d’établissement (ouverture sur notre environnement) nous ont incités à nous tourner vers un pays anglophone d’Asie, en l'occurence Singapour. Un premier échange de classe a eu lieu en mars 2012 (les terminales ont rendu visite à leurs camarades de la Singapore American School, ces derniers étant ensuite venus à leur tour à Tokyo). Depuis ce premier échange, des élèves du LFI Tokyo se rendent chaque année à la Singapore American School. Le LFI okyoT cherche également à développer et/ou renforcer les liens avec d’autres établissements anglophones de Tokyo, telle que la British School par exemple.

Conclusion


Nous souhaitons que la section européenne du LFI Tokyo puisse permettre à tous les élèves qui l’ont choisie non seulement d’approfondir leurs connaissances linguistiques, mais aussi d’acquérir, grâce à la DNL, une culture historique et géographique sur les thèmes et les pays principalement anglophones qu’ils auront étudiés.


[1] SELO : Section européenne ou de Langue orientale.

[2] BOEN n° 33 du 3 septembre 1992 en annexe.

[3] DNL : discipline non linguistique. Les textes officiels du MEN appellent ainsi les disciplines enseignées dans une langue étrangère dans le cadre des SELO. Dans notre cas, il s’agit de l’histoire-géographie en anglais.

[4] La mention « section européenne » est en effet portée sur le diplôme, à condition d’avoir obtenu au moins 12 sur 20 en LV1, dans notre cas en anglais, et au moins 10 sur 20 à l’épreuve orale de DNL.

[5] Cf. Echelles, Bulletin de liaison des professeurs d’histoire, géographie et éducation civique de l’Académie de Créteil, n° 28, octobre 2008, p. 5. 

La Section Orientale

Mise en place à la rentrée 2015 et faisant pendant à la section européenne implantée depuis déjà plusieurs années au LFI Tokyo, la section de langue orientale (SO) vise à développer de manière renforcée les capacités linguistiques en japonais ainsi que les connaissances de la culture japonaise chez les élèves.
En ce sens, les objectifs de la SO rejoignent dans une large mesure ceux de la section japonaise en Option internationale du Baccalauréat (OIB). Les différences entre les deux sections portent notamment sur les programmes (pour la dernière, le poids que représentent les instructions officielles du Ministère de l’Education japonais est très importante) et les modalités des examens au Baccalauréat (les candidats en OIB subissent les épreuves spécifiques écrites et orales, tandis qu’en (SO), ils passent avant tout les épreuves communes avec comme supplément une épreuve spécifique orale de DNL).

Programmes

Proposée comme option à partir de la classe de quatrième, la (SO) dispense, en sus du cursus ordinaire, l’enseignement de la langue renforcée (deux heures hebdomadaires qui s’ajoutent à trois heures de japonais LV1bis) au niveau du collège, qui sera remplacé, au lycée, par celui d’une DNL, en l’occurrence, de l’histoire-géographie (également deux heures).

  • En langue renforcée au collège, les domaines tels que littérature (nouvelles, haîku, senryû, etc.), arts (peintures, théâtres ou rakugo) ou culture traditionnelle (fêtes annuelles ou d’autres coutumes) auront une place privilégiée dans ses programmes.
  • En histoire-géographie au lycée, les programmes officiels sont réadaptés en sorte que des thèmes propres au contexte du pays soient abordés afin de conduire les élèves à se familiariser à son histoire, sa géographie, son économie.

Enfin, les activités culturelles telles que visites de musées, de sites célèbres ou échanges avec des écoles japonaises viendront compléter le parcours des élèves en les incitant à élargir leur champ de la connaissance.

Admission

Ses programmes étant exigeants et requérant de ce fait une bonne maîtrise du japonais, la SLO (ou la SO) est ouverte aux élèves qui auront fait montre de ses capacités à suivre l’enseignement de japonais LV1bis en classe de cinquième avec l’avis favorable du professeur. Quant aux éventuelles demandes d’inscription émanant des élèves inscrits au JLV1bis intermédiaire, elles seront étudiées au cas par cas par l’ensemble des équipes de direction et des enseignants.

Par ailleurs, au moment du passage en classe de seconde, deux possibilités d’orientation s’ouvriront aux élèves ayant fait les deux années d’apprentissage dans la SLO (SO) : soit poursuite des études dans la SLO (SO), soit changement d’option pour l’OIB. Autrement dit, les deux années d’études dans la SLO seront désormais indispensables pour déposer la demande d’inscription à l’OIB à la fin de la classe de troisième.

L'OIB

I. Qu'est-ce que l'OIB ?

L'OIB est une variante du baccalauréat général, qui privilégie la langue, la littérature, la civilisation, l'histoire et la géographie du pays partenaire. Elle a été créée par arrêtés du 11 mai 1981 dans le but de tenir compte des dimensions internationales de l'enseignement actuel et de permettre aux élèves de valoriser davantage leurs compétences bilingues et biculturelles. A ce jour, elle peut être présentée dans plus de 10 langues. Au baccalauréat, les candidats doivent passer, en plus des épreuves prévues par chaque série, des épreuves spécifiques de langue et littérature et d'histoire-géographie en remplacement des épreuves "traditionnelles" de LV1 et d'histoire-géographie. L'OIB concerne les élèves de seconde, première et terminale. Elle se prépare uniquement dans les établissements à section internationale ou ayant obtenu une dérogation (c'est le cas du LFI Tokyo). Elle est en place au lycée français international de Tokyo depuis septembre 2002.

Attention : l'OIB n'est pas le baccalauréat international, dit aussi « de Genève ». Ce dernier est un diplôme étranger ne donnant pas automatiquement accès à l'université en France. Les épreuves de ce baccalauréat ne correspondent pas au programme français.

II. A quoi sert l'OIB ?

Pour les études en France, l'obtention de l'OIB donne non seulement le plein droit à poursuivre des études supérieures en France, mais atteste également d'une double culture largement maîtrisée, voire d'une véritable polyvalence. De ce fait, elle peut souvent constituer un atout supplémentaire dans des dossiers de candidature aux classes préparatoires.
Pour les études au Japon, quoiqu'elle ne puisse constituer le passage automatique à l'université japonaise, l'OIB offre l'opportunité pour suivre les cours de langue et de civilisation les plus exigeants et, en cela, les plus rapprochés de l'enseignement japonais que nous puissions imaginer dans le cadre de l'enseignement français. Munis d'un niveau élevé de connaissances, les bacheliers avec l'OIB désireux de poursuivre leurs études supérieures au Japon seront mieux préparés à passer le concours d'admission avec des perspectives beaucoup plus élargies.

III. Les épreuves spécifiques

La réglementation relative au Baccalauréat général s'applique au Baccalauréat avec l'OIB. Les épreuves spécifiques et les modalités de leur organisation sont identiques pour l'ensemble des séries du baccalauréat.

Langue et littérature : Les épreuves écrites et orales sont obligatoirement subies dans la langue de la section. A l'examen écrit, les candidats en section japonaise ont à choisir parmi 2 types de sujets : une dissertation littéraire ou un exercice de compréhension écrite comprenant un ensemble de questions et de compositions. A l'oral, les candidats sont amenés à présenter de manière structurée une des œuvres étudiées en classe de terminale. Cet exposé, qui devrait durer une vingtaine de minutes, est suivi d'une interrogation par l'examinateur (une dizaine de minutes). Le sujet de l'épreuve orale est attribué au candidat par tirage au sort au moment de l'examen.

Histoire-géographie : Les épreuves écrites comportent 2 épreuves majeures en histoire et en géographie (au choix, composition ou étude de documents). Elles sont subies, au choix du candidat, soit dans la langue de la section, soit en langue française. Attention : la langue choisie est la même pour les 2 sous-épreuves. Les épreuves orales sont obligatoirement subies dans la langue de la section. Le sujet des épreuves orales est attribué au candidat par tirage au sort au moment de l'examen. Il peut porter sur l'histoire ou sur la géographie. Enfin, pour toutes les séries, les examens ont lieu en fin de terminale. De ce fait, les candidats en série S ne subissent pas l'épreuve anticipée d'histoire-géographie en fin de première (voir à ce sujet l’Article 2 du BO no28 du 14 juillet 2011).

IV. L'OIB au LFI Tokyo

Cette option s'adresse à tous les lycéens maîtrisant la langue japonaise écrite et orale, à savoir ceux qui ont suivi avec plus ou moins de réussite l'enseignement du Japonais Langue Vivante 1 bis au collège. Pour se préparer aux épreuves, les élèves suivent, à partir de la classe de seconde, des enseignements complémentaires de littérature en japonais et d'histoire-géographie (la partie japonaise des programmes d'histoire-géographie à 2h hebdomadaires est assurée par un enseignant japonais titulaire du certificat d'enseignement dans ces matières). Les examinateurs sont recrutés dans les établissements dispensant cette option. Le Ministère japonais de l'enseignement délègue un ou des observateurs pour les épreuves orales.

V. Programmes d'enseignement

a) Langue et littérature

Les programmes de langue et littérature japonaises ont récemment fait d'un aménagement d'envergure : voici les liens vers les BO ​publiant ​ces nouveaux programmes ​qui seront ​en vigueur​ à la rentrée 2016.

b) Histoire-Géographie

Les programmes sont conformes aux programmes en vigueur dans les séries générales, et prennent appui sur des exemples relevant des spécificités historiques et géographiques de l'Etat, l'espace et la civilisation dont relève la section.

Classe Terminale
Histoire : le monde, de 1945 à nos jours.
Géographie : l'espace mondial.

Classe de Première (programmes en vigueur depuis la rentrée de l’année 2011-2012)
Histoire : Questions pour comprendre le vingtième siècle.
Géographie : France et Europe : dynamiques des territoires dans la mondialisation.

Classe de Seconde (programmes en vigueur depuis la rentrée de l’année 2010-2011)
Histoire : Les Européens dans l’histoire du monde.
Géographie : Sociétés et développement durable.

VI. Les examens : durée et coefficients

Ils ont pour objectifs d'évaluer les capacités des candidats à s'exprimer convenablement et à comprendre de manière exacte la langue japonaise, leurs compétences en matière de communication, leurs capacités de réflexion, d'analyse et de jugement, leur sensibilité linguistique, leur intérêt à l'égard de la culture véhiculée par la langue, ainsi que leurs dispositions à pouvoir contribuer au respect et au rayonnement de la langue japonaise.

a) Durée des épreuves

Langue et littérature japonaise (en remplacement de la LV1) :
• Epreuve écrite (4 heures) ;
• Epreuve orale (30 minutes) ;
Rappel : Les épreuves sont obligatoirement subies en japonais.

Histoire-Géographie (en remplacement de l'épreuve classique)
• Epreuve écrite (4 heures) ;
• Epreuve orale (15 minutes) ;

b) Les coefficients

Voir les tableaux comparatifs par série des coefficients OIB et non OIB (lien)

VII. Les débouchés : poursuite des études supérieures au Japon

Voici quelques informations de base sur l'admission en université japonaise :

a) Conditions générales :

Conformément aux instructions officielles du Ministère de l'Education Nationale du Japon, les élèves ayant obtenu le Baccalauréat général français (avec ou sans l'OIB) ont le droit de "se présenter" au concours général d'admission à l'université au même titre que ceux ayant terminé leurs études secondaires au lycée japonais. L'organisation et la modalité du concours, définies en principe par chaque université, peuvent varier d'une université à l'autre, voire d'une faculté à l'autre à l'intérieur même d'une université.

b) Concours général

• Université nationale ou municipale :
Le concours général d'admission à l'université nationale ou municipale comporte deux étapes : dans un premier temps, le passage des épreuves préparées par le Centre National pour les Concours d'Admission en Université, dont la session a lieu au mois de janvier ("Center Shiken", voir pour les détails le site : http://www.dnc.ac.jp/, notamment le document précisant les conditions de candidature) ; ensuite, le passage des épreuves écrites préparées par chaque université ou faculté. Les matières qui font l'objet de ces dernières épreuves varient d'une faculté à l'autre. Après le passage de la première série des examens, le candidat auto-évalue ses résultats à l'appui des corrigés rendus publics par le Centre et il porte candidature aux universités de son choix (théoriquement jusqu'au nombre de 3) en fonction des résultats présumés*. En principe, l'admission définitive à l'université est déterminée en fonction du total des résultats à ces 2 séries d'examens. Cependant, quand une université reçoit trop de candidatures par rapport au nombre des admis fixé préalablement, il arrive qu'elle procède à une pré-sélection des candidats sur la base de leurs résultats obtenus au "Center Shiken". Ainsi, il est possible qu'un candidat soit refusé avant même de passer la 2ème série des examens si ses résultats du "Center Shiken" sont jugés insuffisants par l'université.

* Note : après les examens, les notes de chaque candidat seront transmises par le Centre aux universités sur leur demande, mais jamais aux candidats, sauf quand ceux-ci l'ont demandé au moment de l'inscription au "Center Shiken". Même dans ce cas, ce n'est qu'au mois d'avril, c'est-à-dire après la rentrée universitaire, qu'elles seront communiquées aux candidats.

• Université privée :
De manière générale, le concours général d'admission à l'université privée est fait d'une seule série d'épreuves écrites, portant, pour la majorité des cas, sur 3 matières fondamentales : dans le cas des facultés de lettres ou de sciences sociales, l'anglais, le japonais (dit la "langue nationale") et l'histoire-géographie (plus l'éducation civique) ou les maths ; dans le cas des facultés de sciences, l'anglais, les maths et une matière scientifique. Il existe cependant des universités qui organisent, en sus des épreuves écrites, les orales ou les travaux pratiques. Il faudrait noter également que certaines universités privées - et elles sont de plus en plus nombreuses - se servent du "Center Shiken" pour le concours d'admission. Mais les modes d'usage du "Center Shiken" sont variés d'une université à l'autre. Par exemple, le Département de physiques de la Faculté de sciences et de technologue à l'Université de Chûô propose 3 types de concours : a) Usage exclusif des épreuves "internes", c'est-à-dire préparées et organisées par la Faculté. Les épreuves écrites portent sur les matières suivantes : l'anglais, une matière scientifique (physiques ou chimie) et les maths. Il s'agit donc du "concours général" stricto sensu. b) Usage combiné du "Center Shiken" et des épreuves "internes". Parmi les 3 matières évoquées ci-dessus, l'épreuve de l'anglais est à subir à l'occasion du "Center Shiken". Les 2 autres sont organisées par la Faculté. c) Usage exclusif des épreuves du "Center Shiken". La Faculté examine uniquement les résultats obtenus au "Center Shiken" dans les 4 matières suivantes : l'anglais, le japonais (les lettres modernes), les maths et une matière scientifique (physiques ou chimie). Le quota d'admis est préalablement défini pour chaque type de recrutement : a) 30 admis ; b) 10 ; c) 10.

c) Concours spécifiques

En sus du concours général, certaines universités, notamment privées, proposent des formules spécifiques de concours d'admission. Appelées sous les noms différents selon les universités ("Admission Office" ou "Kikoku-Shijo" soit "étudiants en retour de l'étranger"), celles-ci semblent néanmoins avoir pour principe commun de donner la chance de poursuivre leurs études supérieures au Japon aux personnes n'ayant pas eu le même parcours scolaire que les lycéens japonais, en raison, par exemple, de leur séjour à l'étranger ou de leur scolarité dans un établissement étranger, etc.
Les bacheliers du LFI Tokyo désireux d'intégrer une université japonaise auraient donc toute raison de s'y intéresser. On peut obtenir des informations générales sur ce concours en allant sur le site internet géré par les universités, mais il est toujours préférable de se renseigner en s'adressant directement au bureau chargé de concours d'admission ("Nyûshi-ka").

VIII. Que sont-ils devenus ?

Voici quelques exemples d'universités et de facultés japonaises que nos anciens ont réussi à intégrer ces dernières années. Les exemples donnés ci-dessous se limitent aux seuls cas communiqués au LFI Tokyo par les personnes concernées.

a) Après la mise en place de l'Option Internationale du Bac au LFI Tokyo (après 2003)

• Université de Keio
- Faculté des informations sur l’environnement "kankyô jôhô"
- Faculté de droits : département de sciences politiques (par voie du concours général)
- Centre de recherches scientifiques et technologiques (dans le cadre du programme de double diplôme, "Double Degree Program", existant entre l'Université de Keio et les Ecoles Centrales de Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Paris)

• Université de Meiji Gakuin
- Faculté de psychologie : département de psychologie
- Faculté des études internationales : département des études internationales
- Faculté de sociologie (par voie du concours général)

• Université de Sophia
- Faculté des sciences humaines : département de journalisme, département de philosophie
- Faculté de sciences et technologie : département d'électrotechnique
- Faculté des lettres : département de la littérature allemande
- Faculté de cultures internationales (sans OIB)

• Université des Beaux-Arts de Tama

• International Christian University
- Faculté des cultures générales

• Université de Waseda
- Faculté des cultures internationales

• Université de Hôsei
- Faculté de droits : département de politique globale

• Université de Meiji

• Université de Chûô

• Université de technologie de Shibaura

• Université de Tokyo
- Institut des informations interdisciplinaires (daïgaku-in)

Une vingtaine de nos anciens ont intégré des universités japonaises après la mise en place de l'OIB, dont quelques-uns sans OIB.

b) Avant la mise en place de l'OIB

• Temple University

• Université de Gakushûin : faculté de lettres : département de philosophie

• Université de Sophia : faculté de cultures comparées (actuellement appelée par le nom de Faculté de cultures internationales).

IX. Quelques conseils

Si vous êtes intéressé à poursuivre vos études supérieures au Japon, il vous est fort recommandé de vous faire tout d'abord et le plus tôt possible une idée précise et concrète du domaine d'études dans lequel vous souhaiteriez vous spécialiser à l'université. C'est ce choix fondamental qui vous permettra par la suite de mener une démarche nécessaire de manière efficace. Une fois ce choix fait, consultez les sites dotés d'un moteur de recherche qui vous aidera à faire une première connaissance des universités à vos convenances.
A titre indicatif, vous pourrez obtenir quelques informations de base concernant des universités proposant des concours spécifiques sur les sites suivants (gérés par des sociétés privées) :

- Recruit Shingaku Net : http://shingakunet.com/net/
- Yoyogi Seminar : http://www.yozemikikoku.com/

En tout cas, nous vous rappelons encore une fois une nécessité quasiment impérative d’aller vous renseigner directement auprès de bureaux chargés d’organisation des concours à l’université afin de recueillir les informations les plus fiables et les plus récentes.

Nous vous invitons à consulter aussi les documents en annexe, rédigés en japonais.

Annexe 1. Présentation des concours d’admission en université japonaise
Annexe 2. Liste d’universités proposant des concours spécifiques d’admission aux lycéens ayant terminé leur scolarité dans un établissement autre que japonais
Annexe 3. Liste d’universités qui proposent le français comme épreuve de langue étrangère pour le concours d’admission

Les trois documents japonais en annexe ont été réalisés grâce à l’initiative de Mme YASUHARA, parent d’une ancienne élève du LFI Tokyo, que nous ne saurions trop remercier ici pour sa bienveillance.

L'équipe pédagogique en charge de la section OIB

  • Fumihiro ASAKURA
  • Matthieu SEGUELA
  • Goichi TAKAYAMA
  • Mimeko KAWAKAMI 

Le Blog Philo

Actualités

Baccalauréat 

Présentation de l'oral de culture générale

BO baccalauréat de philosophie

Annales du baccalauréat au format ".zip" : L - ES - S

Annales 2015 : L - ES - S

Annales 2016 : L - ES - S

Annales 2017 : L - ES - S

La bibliographie

Bibliographie 2017-2018 illustrée à télécharger.

Le programme de l’année de terminale prévoit pour toutes les séries générales une initiation à la philosophie. Pour cette raison, il est à la fois souhaitable et risqué de proposer un programme de lectures personnelles avant le début des cours.

On trouvera dans le livre de Michel Puech, La philosophie en clair (achat recommandé), un certain nombre de repères concernant dix grands classiques de la philosophie [Platon – Aristote – Descartes – Leibniz – Hume – Kant – Nietzsche - Bergson – Heidegger - Wittgenstein], et susceptibles de guider une lecture directe des textes. Attention : à ne pas confondre avec La philosophie pour les nuls (déconseillé).

Concernant la préparation à l’épreuve orale, l’achat des œuvres au programme pour la session 2014 est obligatoire :

  • Séries L, ES et S : Mill, De la liberté de pensée et de discussion (Folio plus philosophie).
  • Série L : Diderot, Le rêve de d’Alembert (Folio plus philosophie) - Lévi-Strauss, Race et histoire (Folio plus philosophie).

Les élèves de série L pourront en outre faire figurer sur leur liste de textes l’œuvre qu’ils auront choisi d’étudier dans le cadre de l’oral de culture générale.
Concernant l’oral de culture générale (séries L uniquement), une bibliographie personnalisée est distribuée à chaque élève selon le sujet tiré au sort. Pour tous les sujets, l’ouvrage de référence (achat fortement recommandé), est le suivant : Pierre Auregan, Dix étapes de la pensée occidentale (ellipses).

Le manuel Lire les philosophes (Gérard Chomienne, édition Hachette), propose une anthologie de textes, dont certains en version intégrale. Bien que cette anthologie fournisse à elle seule une petite bibliothèque philosophique, il est possible d’y ajouter d’autres lectures. On propose ici, à titre indicatif, un choix complémentaire de textes fondamentaux et relativement accessibles.

Il ne s’agit en aucun cas d’une liste d’achats ou de lectures obligatoires, mais d’exemples de lectures possibles parmi d’autres, à choisir selon ses intérêts et ses goûts.

Presque tous les ouvrages ici indiqués existent en édition de poche et se trouvent au CDI.

Quelques grands textes classiques :

  • Platon : Apologie de Socrate ; Protagoras ; Alcibiade ; Gorgias ; Phédon ; Ménon ; Le Banquet ; La République ; Théétète ; Phèdre.
  • Aristote : Poétique. « La tragédie réalise une épuration des passions ». Ethique à Nicomaque. Une ample réflexion morale sur le bonheur, la vertu, l’amitié et la justice.
  • Epicure, Lettre à Ménécée.
  • Epictète, Manuel.
  • Sénèque, De la tranquillité de l’âme ; De la brièveté de la vie.
  • Machiavel : Le Prince.
  • Descartes : Discours de la méthode ; Méditations métaphysiques ; Correspondance avec Elisabeth.
  • Hobbes : Léviathan ; Le citoyen.
  • Pascal : Pensées : une défense de la religion chrétienne qui jette une lumière philosophique sur tous les aspects de la condition humaine. De l’esprit géométrique ; Entretien avec M. de Sacy : deux textes brefs et fondamentaux sur les pouvoirs de la science et de la philosophie. (Sur Pascal, http://odalix.univ-bpclermont.fr/Cibp/BP/BP-oeuvre.htm .)
  • Spinoza : Ethique (ne lire que les appendices et scolies) ; Traité théologico-politique. Une lecture critique de la Bible menée, au nom de la liberté de la pensée, avec les arguments d’un rationalisme radical. (Sur Spinoza, http://hyperspinoza.caute.lautre.net/ ).
  • Leibniz : Monadologie.
  • Hume : Enquête sur l’entendement humain. Les limites de la raison : une défense d’un scepticisme pragmatique.
  • Locke : Essai sur l’entendement humain.
  • Rousseau : Discours sur les sciences et les arts ; Discours sur l’origine de l’inégalité ; Du contrat social. Nostalgie de l’état de nature et utopie démocratique.
  • Kant : Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique ; Fondements de la métaphysique des mœurs. Une référence incontournable de la philosophie morale (lecture difficile). Qu’est-ce que les Lumières ? ; Que signifie s’orienter dans la pensée ? Deux textes brefs et fondamentaux sur les pouvoirs de la raison. (Sur Kant, http://www.chez.com/kant/ ).
  • Hegel : Scepticisme et philosophie (difficile).
  • Nietzsche : Humain trop humain. Le Gai savoir. Par-delà Bien et Mal. Généalogie de la morale. Crépuscule des idoles. Un explosif intellectuel à manier avec précaution –attention aux erreurs d’interprétation de cette pensée beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air. (Sur Nietzsche, http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Friedrich_Nietzsche ).
  • Alain : Eléments de philosophie. Un cours complet de philosophie, d’inspiration cartésienne. (Sur Alain, alinalia.free.fr/ .)
  • Freud : Cinq leçons sur la psychanalyse ; Introduction à la psychanalyse ; Essais de psychanalyse ; Trois essais sur la théorie sexuelle. L’exploration de l’inconscient : nouvelle science ou nouvelle mythologie ? (Sur Freud, http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Sigmund_Freud .)
  • Bergson : Essai sur les données immédiates de la conscience ; Le bon sens et les études classiques ; Le rire ; L’évolution créatrice ; L’énergie spirituelle, « la conscience et la vie » ; Les deux sources de la morale et de la religion. Un style clair et précis. (Sur Bergson, http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Henri_Bergson .)
  • Bertrand Russell : Problèmes de philosophie ; Science et religion. Deux ouvrages qui proposent une réflexion claire sur le savoir et sur la vérité.
  • Bachelard : Le nouvel esprit scientifique ; La psychanalyse du feu.
  • Jean-Paul Sartre : L’existentialisme est un humanisme ; Situations philosophiques. « L’homme est liberté ».
  • Karl Popper : Conjectures et réfutations. L’exposé d’un « rationalisme faillibiliste » : ensemble d’articles clairs, consacrés surtout à la philosophie des sciences.
  • Ludwig Wittgenstein : Leçons et conversations. De la certitude. « Dans notre langage est déposée toute une mythologie ».
  • Martin Heidegger : Le principe de raison (lecture difficile). « L’être : le sans-fond, le sans-raison, l’abîme. »
  • Hannah Arendt : La crise de la culture ; Condition de l’homme moderne. Une réflexion fondamentale sur la société contemporaine et la place qu’y occupe le travail.

Quelques textes synthétiques pour mettre en perspective les notions du programme :

  • Pierre Auregan, Dix étapes de la pensée occidentale.
  • Ferdinand Alquié, Plans de philosophie générale. Un bref cours général de philosophie, d’inspiration cartésienne et kantienne, qui donne une perspective synthétique sur l’ensemble des notions.
  • François Châtelet, Une histoire de la raison. Un bref panorama de l’histoire de la philosophie.
  • Robert Spaemann, Notions fondamentales de morale. Une introduction brève et claire aux principales questions de la philosophie morale et politique.
  • Pierre Jacob , Esprit et cerveau. Les sciences cognitives. Deux conférences qui récapitulent l’état des discussions philosophiques et scientifiques sur la matière et l’esprit (téléchargeables sur www.appep.net/regionales/caen.htm) .
  • François Jacob, Le jeu des possibles. Une réflexion philosophique, brève et synthétique, sur le sens de la biologie contemporaine.
  • Ferdinand Alquié, Le désir d’éternité. Une réflexion, d’inspiration cartésienne, sur l’existence et le temps.
  • Benjamin Constant, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes. Un exposé bref et magistral des principes du libéralisme, appuyé sur une analyse des différents sens de la liberté politique (texte intégral sur www.panarchy.org/constant/liberte.1819.html ).
  • Max Weber, Le savant et le politique. Une réflexion brève et claire sur le conflit de la morale et de la politique.
  • Claude Lévi-Strauss, Race et histoire. Une analyse brève et désormais classique du problème des relations entre nature et culture.
  • Norberto Bobbio, Libéralisme et démocratie. Un bref exposé synthétique des principaux courants de la pensée politique moderne et contemporaine.
  • Pierre Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ? Une histoire de la philosophie antique, considérée comme un « mode de vie ».
  • Léo Strauss, Droit naturel et histoire. Une défense de la philosophie politique antique contre la philosophie politique moderne.
  • Raymond Aron, Introduction à la philosophie politique. Un exposé clair et magistral, contient une discussion minutieuse de la philosophie politique marxiste.
  • Jacques Ellul, La subversion du christianisme. D’inspiration protestante, une défense du christianisme contre lui-même.

Sur internet, bibliothèques philosophiques :

Cours de philosophie pour classes terminales :

Ressources et conseils méthodiques concernant la dissertation et le commentaire :

ecoecolebn Le LFIT est éco-école depuis 2009     tvbn  La web TV du LFIT                  asia  Le journal des lycées français en Asie-Pacifique